Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
les-lin-a-la-reunion.over-blog.com

les-lin-a-la-reunion.over-blog.com

Menu
Mon beau Piton, roi des volcans!

Mon beau Piton, roi des volcans!

Ha ce beau Piton de la fournaise, emblème de la Réunion! Ce volcan est toujours actif et contribue à étendre l'île au fil de ses crachées, dont la dernière "grosse" remonte à 2007. Nous nous sommes rendus ce mercredi, avec toute la clique, au pas de Bellecombe: C'est la fin du trajet en voiture et le début des différents sentiers pédestres jalonnant les alentours du volcan. Pour se rendre au cratère, il faut compter 5 heures (aller et retour) depuis ce pas.

Vers 9 heures: ciel magnfique, peu de touristes, température fraîche (12 degrés, on est quand même à 2300 m), départ! Descente dans "l'enclos" du Piton, un coup d'oeil à un petit cratère nommé "Formica Léo" (sorte de bébé volcan, rigolo à escalader) traversée sur un sentier de lave cordée et pause pique-nique à la "Chapelle de Rosemont", au pied du Piton, là où commence l'escalade proprement dite, pour se rendre au cratère. Les sentiers sont tous balisés avec des points blancs, à même la roche. Les coulées forment plein de monticules tout en courbes mais relativement plats, et de petites crevasses, c'est plutôt agréable comme marche. Par contre, attention les semelles et le derrière, quand on s'assied: la pierre ici, c'est comme du papier de verre, et rabotte tout! (le pantalon de Ludi en porte les traces:-))

Depuis cet endroit, les panneaux indiquaient encore 2h15 de marche pour l'ascension. Nous venions d'en faire environ 1h30 au moment de nous poser pour manger. Il fallut donc choisir entre deux options, représentées par 2 camps bien distincts: les valides, souhaitant tout de même escalader (belle-maman, év. papa -un peu éclopé-, et moi) et les invalides, pour qui c'était exclu (les enfants: incompatibilité chronique et vraisemblablement innée avec le fait de marcher pour le plaisir, ma maman car limitée physiquement, beau-papa qui ne dit ni oui, ni non, et Mél qui ne supporte pas les enfants qui râlent ;-)). Donc on a fait demi tour, mais c'est pas grave, car on a tous au final beaucoup apprécié ce paysage pour le coup très exotique et surprenant!

Il ne fallait d'ailleurs plus entreprendre l'escalade à cette heure de la journée, car en 20 minutes chrono, telle une énorme langue grise avalant le Piton et son enclos, le brouillard a tout recouvert et il s'est mis à tomber une petite pluie fine. Nous étions alors sur le dernier bout du retour, au pied du pas de Bellecombe, et en voyant cela, nos regrets de ne pas être allés au sommet se sont envolés: nous n'aurions vu que pouic! Quand les nuages sont là, ils restent piégés sur les reliefs de l'île. 

Et n'oublions pas les derniers 5 km en voiture avant le volcan (depuis la plaine des sables en fait, là où on s'est arrêté lors de notre première montée, il y a 3 semaines), composés uniquement de nids de poule de taille et de profondeur variable (Frank, tu te serais éclaté avec ton tank:-)). Pas fous, il n'y a que les touristes en voiture de location qui osent s'y aventurer, et je parie que les autochtones cassent la crousille pour s'y rendre aussi en véhicule loué: de mémoire de grands-parents, jamais il n'y eut de "routes" aussi glorieuses et de kilomètres plus longs à conduire, hihi. 

On est avertis maintenant :-)    (pour ceux qui n'arrivent pas à lire, en créole dans le texte: LA CHAPELLE, LE FAI POU PRIE PAS POU PISSE)

Aujourd'hui jeudi, nos parents font l'échange appart-hôtel. C'est journée calme, chacun vaque à ce qui lui plaît. Il faut que ça soit reposant pour nos aïeux, surtout après la dépense physique du Piton ;-9